Fészek Centrum

Au service du soutien des individus dans leurs relations avec elles-memes et des autre

Au service du soutien des individus dans leurs relations avec elles-memes et des autre

Le post de cette semaine : Ma dignite

Derniere reponse a vos questions : Comment accepter ce qu’on a subi ?

Le post de dimanche futur 26/12 : Intolerance et vaccination

Ne point se remettre en cause

…puisque c’est i  chaque fois une faute des autres !

– Reflexion dans une pretention –

Le paquet de biscuits

Peut-etre connaissez-vous l’histoire de cette copine qui, devant attendre un long moment l’heure de son vol dans un aeroport, decide de s’acheter 1 roman ainsi qu’un paquet de biscuits.

Elle s’assoit dans la salle d’attente pour lire le livre.

A cote du siege ou se voit le paquet de biscuits, 1 homme parcourt un magazine.

Elle te prend aussi un premier biscuit et – a son grand etonnement – l’homme fera de meme rencontre bouddhiste.

Elle se sent agacee avec son comportement mais, n’osant rien reconnai®tre, elle se contente de penser : « c’est incroyable, il ne manque aucun culot celui-la ! »

A chaque biscuit qu’elle te prend, l’homme en prend un a son tour.

Ca Notre met dans tous ses etats, mais elle ne evoque que dalle.

Lorsqu’il ne est plus qu’un seul biscuit dans la boite, elle se evoque : « Il va quand aussi pas oser manger le soir, cet abruti ! »

L’homme te prend alors le soir biscuit, le casse en deux et lui en tend la moitie.

C’en reste trop, quel culot ! Hors d’elle, elle hausse des epaules, te prend ses cliques et ses claques et part en trombe par son guichet d’embarquement.

Enfin installee dans l’avion, elle ouvre le sac a main concernant y prendre ses lunettes et – a sa grande surprise – cette dernii?re decouvre le paquet de biscuits, intact.

Cette histoire, nous l’avons tous vecue a une maniere ; elle parle de une inconscience, de notre absence complete de lucidite via rapport a ce que nous faisons, de notre distraction et de la maniere dont – enfermes en nous-memes – nous nous permettons d’interpreter les faits et gestes des autres. Elle parle de la maniere dont nous sommes persuades que nous comprenons nos comportements des autres alors que nous projetons nos propres incomprehensions, des propres emotions sur eux.

Ils font quelques jours, par exemple, je m’indignais interieurement de ce que je prenais pour premonitoire au programme tele alors que c’etait moi qui m’etais trompe et qui avais commande par inadvertance celui en semaine precedente.

La plupart du temps – incapables de nous remettre en cause – nous n’accordons aucune importance a ce phenomene d’enfermement – aussi qu’il reste a l’origine de bien des incomprehensions ainsi que bien des conflits entre des individus.

Pourtant une parfait aveuglement, une inconscience totale, le veritable tour de passe-passe que nous nous jouons a nous-meme ne nous exonerent evidemment pas de la complete responsabilite qui est la notre vis-a-vis des autres.

Dans l’evidente certitude dans laquelle elle etait enfermee d’avoir ouvert le propre paquet de biscuits, une telle femme n’a pu que reveler l’etroitesse de le jugement dans le coloc’ de salle d’attente. Pire, di?s qu’il lui a offert J’ai moitie du dernier biscuit de le paquet a lui, elle s’est verrouillee dans sa superiorite arrogante, incapable de douter d’elle-meme au moment ou le interlocuteur montrait, a qui etait capable de le voir, a quel point il etait bienveillant et avait l’attitude opposee a J’ai sienne.

Enfermes au cercle vicieux de nos certitudes, dans l’assurance de notre superiorite et de notre toute puissance, nous ne remettons pas en cause les jugements, des interpretations que nous portons i  propos des autres, a longueur de journees.

Cela nous suffit de nous mettre a l’ecoute de nous-memes pour tomber sur nos propres exemples de jugements sans fondements que nous avons porte et portons i  propos des personnes que nous ne faisons que croiser et dont nous ne savons rien : celui-la est vraiment trop gros, celle-la a une coiffure epouvantable et s’habille n’importe De quelle fai§on, cet nouvelle a le regard mauvais ou a l’air abruti… C’est a l’infini. Nous n’arretons gui?re.

Comme dans l’exemple du paquet de biscuits, nous avons besoin de nous prendre en flagrant delit pour reconnaitre que les jugements hatifs sont completement subjectifs, donc faux, et qu’ils ne parlent en verite que de nous.

J’ai pretention dans le couple

Je suis souvent frappe de constater (notamment dans les remarques a toutes les articles portant i  propos des relations amoureuses de mon site) a quel point de nombreuses gens semblent etre certaines de l’interpretation qu’elles font des comportements de ceux qu’elles pretendent aimer sincerement.

C’est ainsi qu’une femme, frustree via l’attitude de le conjoint, m’ecrivait recemment : « J’ai cherche du cote des problemes que rencontrait notre compagnon ce qui pouvait expliquer le comportement inapproprie a mon egard. Je n’ai rien trouve de suffisamment grave pour le justifier. Cela a un travail qui le passionne, prenant mais jamais trop stressant, de bonnes relations avec ses collegues et superieurs, des amis sinceres, une famille unie et tres presente pour lui, aucune problemes de sante ni de couple a priori. » Et cette dernii?re concluait donc tres serieusement : « Son agressivite est donc gratuite envers moi. »

Logique, puisque je suis irreprochable, c’est obligatoirement une faute de l’autre quand quelque chose ne va jamais entre nous.

Elle poursuivait en m’expliquant : « Le comportement de mon compagnon reste particulierement ardu a analyser car quand il n’est jamais contrarie, Cela reste bel. » Enfermee dans le point de vue a elle, elle ne percevait gui?re qu’elle enoncait votre truisme.

Ainsi en est-elle arrivee a me demander, sans voir qu’elle etait en pleine projection : « Notre vraie question c’est de savoir si le attitude est modifiable suite a une prise de conscience ? Cela a- t-il a voir avec un manque d’humilite de sa part ou avec un sentiment de superiorite ? »

Scroll to Top